Viagra féminin: Addyi

Un recul pour la sexualité des femmes…

Les femmes étiquetées comme le problème

Il existe une panoplie de raisons pour laquelle une personne perd ou a une baisse de désir sexuel dans un couple. D’ailleurs, elles sont souvent multi-factorielles et nécessitent plusieurs différentes interventions pour trouver une solution à cette situation. Depuis longtemps, on catégorise les femmes comme étant celles qui perdent le désir sexuel (libido) dans un couple car l’homme est le partenaire avec le plus de désir sexuel dû à ses hormones, plus spécifiquement la testostérone. On remarque par contre de plus en plus dans les bureaux de sexologue, des partenaires masculins qui se retrouvent aussi avec des pertes de désir sexuel. En fait, on retrouve aussi des couples d’homme gai où un ou les deux partenaires n’ont plus d’intérêt sexuel.
Pourtant le mythe persiste que les femmes sont celles qui perdent le plus souvent le désir sexuel dans un couple à long terme. Les raisons sont certes parfois différentes entre les hommes et les femmes pour la perte de désir sexuel. Ce qu’on remarque de plus en plus dans la sexualité féminine, c’est la perte d’intérêt sexuel, non pas parce qu’il a un dérèglement au niveau hormonal ou des neurotransmetteurs ou que la femme a tout simplement moins de désir sexuel que les hommes en général, mais que celles-ci trouvent les relations sexuelles inintéressantes à long terme. Les femmes recherchent de la variété, de la spontanéité, du nouveau, un sentiment d’exploration, un contexte, une connexion durant leur relation sexuelle.
Quand nous sommes plusieurs années avec le même partenaire, il est normal d’avoir une baisse de désir sexuel, si notre sexualité est routinière, redondante, prévisible, et souvent sans effort de part et d’autre. La perte de désir sexuel est souvent plus qu’autrement pas le problème, mais un symptôme d’une dynamique relationnelle et sexuelle du couple qui doit être travaillée.
Le viagra féminin dans tout cela?
Alors pour quelles raisons, ce médicament n’aidera pas la grande majorité des femmes ayant une baisse ou perte de leur désir sexuel? La réponse est simple: on ne s’attarde pas au problème, mais aux symptômes. En prenant cette pilule, qui a par ailleurs des effets secondaires importants, ne fait que donner de faux espoirs à un couple qui devrait plutôt analyser leur dynamique et leur satisfaction relationnelle et sexuelle. Le médicament pourrait avoir un impact pour un certain temps où la motivation à avoir des relations sexuelles serait augmentée, mais comme la sexualité sera toujours la même, il est fort probable que le problème resurgisse après peu de temps. Aucun médicament ne peut contrer la platitude d’une sexualité à long terme.
Trop souvent, un des partenaires, souvent les femmes, perçoivent la sexualité avec leur partenaire comme étant une forme d’obligation relationnelle pour maintenir le couple et éviter des conflits importants. Suite à avoir accepté et offert à plusieurs reprises du sexe par pitié, il est inévitable que la sexualité du couple se détériore et la relation en prenne aussi un mauvais coup.

Vidéo critiquant la pilule


Est-ce que le médicament s’applique tout de même à certaines femmes?

La réponse courte à cette question est oui…mais avec les critères d’exclusions suivantes:
  • Relation stable d’au moins 1 ans avec un homme (exclusion des femmes lesbiennes)
  • Perte de désir doit être acquis et ne doit pas toujours avoir été le cas
  • Perte de désir sexuel totale: (aucun rêve ou fantasme sexuelle ou envie de se masturber)
  • Réponse sexuelle fonctionnelle: capacité à lubrifier et atteindre l’orgasme suite à des stimulations
  • + de 18 ans, mais pas ménopausée
  • Pas être enceinte ou allaiter
  • Aucune psychothérapie dans les derniers 3 mois
  • Aucun médicament en lien avec trouble de l’humeur
  • Aucune idée suicidaire au cours de leur vie
  • Aucune difficulté relationnelle
  • Bonne réaction du partenaire suite à la baisse de désir sexuel.
Ces critères ne sont pas celles du médicament qui va être mis en vente en octobre, mais celle de la recherche qui a étudié la pilule. Tout de même, on remarque que la pilule est visé pour un nombre limité de femme qui aurait ce type de difficulté sexuelle.
Donc, la pilule pourrait «potentiellement» aider certaines femmes et couple à régler une difficulté sexuelle qui se retrouve dans la majorité des relations à long terme, si et seulement si, la cause de la baisse de désir est reliée à un dérèglement au niveau des neurotransmetteurs.

Enfin!

Si vous ou votre partenaire vit une baisse ou perte totale de désir sexuel, prenez le temps de bien analyser la situation et déterminer si vous avez besoin de l’aide d’un sexologue ou d’un médicament ou la combinaison des deux.Francois Renaud M.A.
Sexologue & psychothérapeute Montréal

Leave your thought