Différents types de désir sexuel Partie II

La complexité de la relation amoureuse et l’influence sur le désir sexuel*

Depuis longtemps, l’humain essaie de comprendre le mystère qui est la sexualité et plus spécifiquement ce qui crée le désir sexuel chez l’homme comme chez la femme. Il y a eu de nombreux débats, expériences, recherches, théories et hypothèses émisent sur le sujet. À ce jour, il n’y a toujours pas de consensus car le processus du désir sexuel est effectivement complexe, variable, individuel et aussi relationnel.
L’aspect relationnel est probablement la variable qui crée le plus de volatilité du désir sexuel chez l’humain. Elle a la capacité de créer un désir sexuel fortement ressentie tout comme elle peut instantanément le détruire. L’aspect relationnel est la raison qui amène le plus souvent les couples à consulter des sexologues en thérapie pour difficulté au niveau du désir sexuel, autant chez la femme que chez l’homme. C’est d’ailleurs un des troubles les plus difficiles à traiter, mais non impossible. La baisse de désir chez un ou les deux partenaires est récurrente et normale dans les couples de longue date. Par contre, malgré la normalité de la chose cela ne simplifie point le travail et les efforts nécessaires pour le retrouver ou plutôt le transformer. D’ailleurs, au contraire de la catégorie physiologique et émotionnelle du désir sexuel, elle suit une certaine évolution linéaire. De plus, elle est souvent reliée à une ou plusieurs autres types de désir sexuel retrouvé dans les deux autres catégories. Commençons d’abord par expliquer davantage les différents types de désir sexuel dans la catégorie relationnel.

Désir sexuel relié à la relation

Phase de la passion :

Les débuts d’une relation de couple sont souvent entourés d’une certaine euphorie, de passion, de nouveauté qui crée instantanément chez des personnes un désir sexuel nommé passionnel. Cette étape de la relation se vit généralement bien au niveau de la sexualité où les deux partenaires se sentent désirés, désirables et désir l’autre en retour. La moindre petite stimulation ou pensée provenant de l’autre suscite une excitation sexuelle et un désir de rapprochement physique. C’est un désir basé principalement sur l’exploration de l’autre qui allume pour plusieurs leur côté aventureux et créatif de leur sexualité.

Phase du sentiment amoureux :

La deuxième phase peut arriver assez rapidement où les sentiments amoureux se ressentent et des éléments émotionnels rentrent en ligne de compte. Ce désir sexuel est caractérisé par la présence de l’amour entre deux personnes. On commence à connaître davantage la personne avec laquelle on partage une intimité et l’admiration prend plus de place dans la dynamique du couple. Cette admiration est l’énergie qui motive et suscite le désir sexuel des partenaires. L’élan vers l’autre est souvent plus affectueuse avec un mélange d’éléments sexuels et sensuels. Le désir peut être motivé par le goût de fonder une famille ou de se rapprocher au plan affectif. À ce stade, on retrouve souvent un désir fusionnel avec l’autre. Créer le sentiment d’être unique aux yeux de son partenaire à travers la sexualité et surtout pendant la pénétration (vaginale, anal ou oral). Cette phase peut durée 1 à 3 années, mais rarement plus.

 

 

Phase de l’attachement :

Si le couple est capable de fonder un sentiment d’attachement et d’engagement, il passe aux désir sexuel d’attachement. Ce type de désir a souvent perdu sa composante sexuel et elle est remplacée par une complicité profonde et plus affective. On connait plus en profondeur notre partenaire aussi, dont ses côtés moins admirables et désirables qui pèsent lourdement sur l’admiration que nous pouvons avoir d’elle ou lui au plan sexuel. Il y a donc une baisse dans la créativité sexuelle du couple, une routine qui s’installe, on prend pour acquis notre partenaire, la séduction disparaît, la sensualité et l’érotisme diminue. Cette phase du désir n’est pas rare chez les couples qui commencent à fonder une famille. Malheureusement, la durée longue de cette phase peut rendre difficile de la surmonter une fois que la situation familiale est plus stable.
Généralement, beaucoup de frustrations, de conflits, de rejets ont creusé une distance au plan sexuel entre les partenaires. Les différends se font plus apparentes entre eux, ce qui ne suscitent pas le désir sexuel. La différence entre le niveau de désir sexuel de chacun est aussi un élément qui est mis à la lumière du jour. C’est ici qu’on remarque qu’il a un PGD (Partenaire avec un Grand Désir) [sexuel] et un PFD (Partenaire avec un Faible Désir). Cette dynamique au niveau du désir sexuel teste l’alliance que le couple a construite durant leur nombreuses années de relation.

Désir validé par soi

Cette quatrième et dernière phase du désir sexuel est toute une épreuve à franchir, car elle nécessite un travail au niveau de soi et du
couple. Plusieurs couples décident de stagner à la phase précédente de l’attachement et les amoureux restent insatisfaits au plan sexuel. D’autres considèrent la rupture comme une option à leurs difficultés sexuelles et relationnelles. Certains choisiront l’infidélité pour combler leurs besoins ou établiront une entente mutuelles qui leur permettent de fréquenter d’autres personnes en dehors du couple pour palier au manque de désir. Ces deux dernières possibilités ne résous pas le problème à l’intérieur de la relation. Lire le prochain article pour apprendre les moyens de passer à la prochaine étape de votre couple!

Francois
Renaud M.A

*textes et concepts inspirés des divers livres de Dr. David Schnarch et Ester Perel
Suite :